pour

Retour

Huahine... la sauvage 

CLIC pour agrandir.

 Le tour de l’île : un must

Nous recommandons une journée entière pour effectuer ce tour de Huahine et pour s’imprégner pleinement de sa beauté sauvage et secrète. Une visite qui sera sans doute agrémentée de rencontres pittoresques avec les habitants de l’île. Pour notre part, nous préférons effectuer ce tour de l’île, au départ de Fare, par le sud, pour mieux profiter de l’éclairage et rouler côté lagon. Les étapes sont nombreuses et diverses dans chaque district traversé. Attention, la route serpente plusieurs fois à flanc de collines et bienheureux seront ceux qui ont loué des voitures ou un scooter, de préférence aux vélos.



La petite ville de Fare
L’ambiance nonchalante de Fare, le chef-lieu, est unique à travers toute la Polynésie. Ici, le temps s’est arrêté, loin de l’agitation de Tahiti. Véritable village concentré autour du quai principal, Fare sommeille à l’ombre des amandiers et des acacias. Au fil du temps, elle a su attirer la population de toute l’île avec son marché, ses commerces de détail, ses boutiques d’artisanat et ses "bistrots" du front de mer qui rappelle le bon vieux temps des goélettes... Prenez d’assaut les snacks et restaurants du front de mer et dégustez leur excellente cuisine locale sans prétention.

 

Partez à la découverte du quai, surtout lors de l’arrivée d’une goélette ou d’un des petits bateaux-cargos chargés de ravitailler l’île. Tous les habitants de l’île sont là, scrutant le flot de visiteurs qui débarquent, tandis que sur le quai, le chargement du coprah, des cochons, des bananes et des pastèques bat son plein. Les enfants plongent avec délice dans les eaux transparentes du petit port (nulle pollution à l’horizon...) et vous pourrez partager les conversations bon enfant du quai. C’est l’anecdote suprême de vos vacances que vous y glanerez.

La côte Ouest
Prendre vers le sud, puis une fois dans le district de Fitii il faut quitter la route pour se rendre à l’ancien village de Taravari, face au motu Vaiorea. Sous vos yeux s’étale la baie magique de Bourayne, qui servait d’abri aux hydravions des liaisons inter-îles jusqu’aux années 70. L’ancien débarcadère de la pointe Mataua témoigne de ce passé si proche... 

 

CLIC pour agrandir.

La petite presqu'île
De retour sur la route principale, vous traversez maintenant le petit pont qui relie les deux îles et accédez par la droite au district de Haapu. La route serpente maintenant le long d’un lagon superbe. En entrant à Parea, vous arrivez maintenant à la pointe sud de Huahine qu compte parmi les plus belles plages. Une visite au marae Anini, l’un des plus imposants de Polynésie s’impose. Le lagon, qui abrite le motu Araara, face au marae, recèle une faune sous-marine extraordinaire. Baignade possible. En route pour Tefarerii, la côte la plus sauvage de Huahine. Sur une dizaine de kilomètres, le panorama est géant.

Vous arrivez maintenant face au motu Topatii, qui marque l’entrée de la grande baie de Maroe. Cette somptueuse baie sépare les îles du nord et du sud. Profonde et large, elle autorise le mouillage des grands paquebots de croisière. Maroe constitue également l’une des zones de pêche favorite des habitants de l’île, notamment pour ses langoustes, mais surtout pour les varo (squilles) et les tianee (cigales). D’après la légende, la baie de Maroe aurait été creusée par la pirogue du dieu Hiro qui cherchait refuge avant une tempête... Sur la route en "soupe de corail", peu avant le crépuscule, des milliers de tupa (crabes de cocotier) traversent sans se soucier d’un quelconque code de la route. Soyez magnanimes avec ces bestioles et … laissez leur la priorité !

Retour et ascension
Après avoir retraversé le pont vers le nord, prenez sur la droite pour longer la côte nord de la baie de Maroe. Au bout de deux kilomètres, commence la route "traversière" qui monte à flanc de colline (elle a enfin été goudronnée, les nostalgiques regretteront l’escalade sur l’ancienne piste glissante…). La vue sur la baie devient féerique lorsqu’on arrive au sommet : le regard embrasse toute l’île du sud qui s’étale dans un lagon aux couleurs irréelles. Après cette halte magique, la piste redescend à travers sous-bois vers Faie, le village aux "anguilles à oreilles".

Au cœur d’une minuscule baie, Faie vit au rythme des Tropiques tout au long de l’année. La petite rivière qui traverse le village abrite une espèce rare d’anguilles apprivoisées dont les nageoires dorsales, surdimensionnées, font penser à d’imposantes oreilles. De magnifiques yeux d’un bleu éclatant rehaussent encore leur aspect irréel. De nombreuses légendes, plus charmantes les unes que les autres, inventent des origines mystérieuses à cet animal étonnant. Les enfants du district passent leur journée à jouer avec elles et à les nourrir, au point qu’elles sont quasiment devenues des animaux domestiques, malgré des proportions pour le moins inquiétantes. Les plus beaux spécimens dépassent allègrement deux mètres et affichent une dentition des plus redoutables.

A la sortie de la baie de Faie, la route longe de magnifiques motu. Côté montagne, des sentiers permettent de partir à la découverte des marae alentours, au cœur du massif du mont Mouatapu. Après un virage prononcé sur la gauche, on découvre le lac Fauna Nui, un grand lagon interne, bordé au nord par le motu sur lequel est construit la piste d’aviation. Un village de pêcheurs a été restauré en bordure du lac, avec des pièges à poissons, un fare pote’e sur pilotis (maison commune), des marae centenaires, face à la colline sacrée de Matairea... Le retour vers Fare est rapide à 10 minutes de là.

Ile de Huahine

Guide touristique & Opérateur de Voyages
Tahiti Guide est une marque déposée
© 2017 Tahiti Zoom & Lodrez