pour

Retour


CLIC pour agrandir.

Légendes, traditions,vestiges

Les légendes polynésiennes émanent des croyances polythéistes anciennes. Les polynésiens adoraient plusieurs dieux : Taaroa, tane, tu, oro, hiro , leurs aventures étaient racontées au travers de légendes dont il n’existe qu’une tradition orale. Les seules traces matérielles sont obtenues à partir des sites archéologiques.

D’anciens lieux de culte en pierre ont été mis à jour : les marae. On y honorait les dieux, c’était aussi un lieu où se préparait les actes sociaux tels que la guerre, la consécration des chefs et les sacrifices humains. Il existait plusieurs sortes de marae, certains pour les actes de la famille (naissances, décès,…), d’autres les marae royaux pour des cérémonies importantes rassemblant parfois plusieurs îles. Les marae comportaient une esplanade pavée en pierre entourée d’un muret, parfois des gradins, un endroit réservé aux prêtres (l’ahu) à une des extrémités entouré de pierres dressées, au centre de l’esplanade des pierres dossiers pour les chefs.

Les pétroglyphes sont des dessins gravés d’une façon rudimentaire dans la pierre représentant des tortues, des soleils, des poissons, des motifs géométriques, quelquefois mais rarement des visages humains.

Les tiki sont des statues taillées dans des blocs de pierre et qui représentent des humains. Leur taille est variable, le plus grand se trouve aux Marquises et mesure 2,70 mètres. Les tiki avaient probablement une fonction religieuse, car situés à proximité des Marae. Ils peuvent également être sculptés sur des bas-reliefs, sur des pirogues, sur des pagaies…Les vestiges situés aux Marquises sont les plus représentatifs. En savoir plus

Aux Marquises, l’esplanade se nomme le Tohua, où se déroulaient non seulement les cérémonies, mais aussi les fêtes et les danses, ainsi que des sacrifices humains et des offrandes. Aux Marquises, on trouve également les Pae pae plates-formes en pierre qui supportaient des habitations construites en végétaux, seules les plates-formes ont résisté à l’usure du temps.



CLIC pour agrandir.

La société polynésienne a été marquée par des interdictions à caractère magico-religieux qui ont donné naissance au terme Tabou qui signifie défendu ou interdit. Les ethnologues estiment que le Tabou est un phénomène religieux qui constitue la forme négative du sacré. Au premier rang des choses Tabou, il faut citer celles qui sont insolites : tout ce sui est contraire à l’habitude est Tabou (par exemple, les jumeaux, les fruits doubles, les albinos). Le terme Tabu est fréquemment utilisé pour indiquer une limite à ne pas franchir. Ainsi, dans les jardins, vous verrez parfois des petits panonceaux marqués "Tabu", qui correspondent à nos "propriété privée".

Les polynésiens respectent toujours les anciens lieux sacrés tapu et par exemple ne déplaceront pas une pierre de Marae ou un Tiki qui pourrait être détenteur de Mana et entraîner une malédiction. Le Mana, c’est la force surnaturelle, c’est la magie.

D’ailleurs le fournisseur d’accès Internet en Polynésie s’appelle Mana… sans doute pour mieux nous rappeler le coté magique du web…

Retour


Guide touristique & Opérateur de Voyages
Tahiti Guide est une marque déposée
© 2017 Tahiti Zoom & Lodrez