pour

Retour

CLIC pour agrandir.La flore des îles

Tahiti possède une flore assez peu développée (un millier d’espèces différentes), mais extrêmement luxuriante. 

Grâce à ses racines peu profondes, le cocotier est présent sur tous les atolls polynésiens. Le aito, l'arbre de fer, résiste parfaitement à la chaleur et au manque d'eau des bords de littoral. On y trouve auusi le purau et le manguier ainsi que le uru (le célèbre "arbre à pain" du Bounty) et le frangipanier. Les cocotiers, les pandanus (fara), les tamanu et les badamiers peuplent les étroites plaines littorales des îles hautes. Les sous-bois des premières collines sont le terrain privilégié des goyavier, des acacias, des maru maru et des falcata. Le tulipier du Gabon a été importé par le botaniste Harrison Smith qui a fondé le splendide Jardin Botanique de Papeari, à Tahiti. Le fameux tiare (Gardenia Tahitensis), l'emblème de Tahiti, se cultive un peu partout. Chaque polynésien possède quelques arbustes de tiare dans son jardin, utilisés en ornement quotidien, porté à l'oreille, ou en couronnes et colliers, à l'occasion de fêtes. On l’utilise aussi en macération avec de l'huile de coco pour obtenir le monoi de Tahiti, produit de beauté par excellence des Vahine. Parmi les autres fleurs ornementales, l'hibiscus (aute) rouge, orange ou jaune, qu'on porte également à l'oreille, le moto'i, une espèce endémique du ylang-ylang, et le pitate, le jasmin aux senteurs épicées... sans oublier les splendides crotons aux couleurs diverses, et les somptueux bougainvilliers, dont la gamme de coloris est infinie.


La faune terrestre et marine

La faune polynésienne est essentiellement composée d'oiseaux et de poissons...

... et aussi de quelques animaux terrestres : Les anciens Polynésiens ont emporté avec eux, lors de leurs grandes migrations, chiens, cochons et poulets qui se sont parfaitement adaptés aux conditions tropicales. Il y a deux siècles, les Européens ont importé chevaux, chats, ânes, bovins, dindes, chèvres (qui sont devenues sauvages aux Marquises). Il n'existe pas de singe ni de perroquet (contrairement à une idée reçue), ni serpents ou autres espèces dangereuses ou venimeuses, à part les "cent-pieds", à la piqûre douloureuse et bien sûr les moustiques (sans oublier les "nonos", à peine visibles a l'oeil nu, qui se réveillent au crépuscule pour dévorer les peaux laiteuses des nouveaux venus). Vous verrez beaucoup de petits lézards inoffensifs et autres margouillats, les geckos, (très utiles puisqu’ils mangent les moustiques) ainsi que des crabes terrestres ("tupa") qui vivent dans leur trou au bord des lagons. Quelques blattes (cafards) trouvent refuge aux alentours des lieux mal entretenus... 

CLIC pour agrandir.Une centaine d'espèces d'oiseaux : qui sont répertoriés en 2 catégories, les oiseaux marins et les oiseaux terrestres. Les spécimens marins comprennent les Sternes, les Frégates, les Pailles-en-Queue, les Pétrels, les Puffins et les Fous masqués.  La majeure partie de ces oiseaux ne s’éloignent que rarement des rivages et se nourrit de poissons et de crustacés. Les oiseaux terrestres appartiennent pour la plupart à des espèces hivernantes. Le Coucou de Nouvelle Zélande, le Pluvier fauve, le Courlis d’Alaska, le Chevalier ou le Bécasseau Sanderling déferlent sur nos îles en août pour repartir nicher dans les contrées froides de l’hémisphère Nord en mars. Il ne faut pas oublier les coqs, introduits par les premiers Polynésiens et omniprésents à travers les îles, mais aussi les canards, les hirondelles et même quelques busards. Les pigeons et les fauvettes se rencontrent au bord du littoral, alors que les Monarques, les Martin-chasseurs, les tourterelles et les Tangara, Zosterops et autres Astrild (les fameux "Vini") préfèrent l’intérieur des terres. 

CLIC pour agrandir.Les espèces de poissons sont nombreuses à travers nos îles : Pas moins d’un millier d'espèces de poissons peuplent les lagons (sans oublier mollusques et autres crustacés) parmi lesquels de nombreuses espèces de Chirurgiens, de Demoiselles, de Barbillons, de poissons-Picasso, sans oublier les mérous et les perroquets qui sont abondamment péchés. Au delà du récif, dans la ”grande bleue”, vous pourrez rencontrer une grande variété de requins, des dauphins, des espadons (haura), des thons et des bonites, sans oublier les carangues, les mahi mahi, les raies et, dans quelques îles, des tortues, dont la pêche est strictement prohibée. Du côté des Australes, on croise fréquemment des baleines, notamment entre août et novembre. Mais il n’est pas rare d’en croiser autour de Tahiti... Quelques rivières abritent des anguilles, notamment à la presqu'île et à Huahine, mais ce sont les chevrettes, variétés endémiques de crevettes d'eau douce, qu’on y pêche régulièrement.

Retour


Guide touristique & Opérateur de Voyages
Tahiti Guide est une marque déposée
© 2017 Tahiti Zoom & Lodrez