pour

Retour

Tahiti... la nouvelle cythère 

CLIC pour agrandir.

 Le tour de l’île

A partir de Papeete, suivez-nous dans ce tour de l'île insolite qui vous fera découvrir un autre Tahiti, à l’encontre des idées reçues. Pour information : le terme "PK" désigne les Points Kilométriques qui jalonnent le bord de la route, indiquant le nombre de kilomètres qui vous séparent du centre ville de Papeete.



 La côte Est depuis Papeete
La commune riveraine de Papeete est Pirae. Ses rivages abritent de belles plages de sable noir et le centre Aorai Tini Hau, construit à l'occasion du Festival des Arts du Pacifique, en 1985, un autre haut-lieu des manifestations culturelles du territoire. Côté montagne, la route du Fare Rau Hape emmène le promeneur jusqu’au restaurant du Belvédère, à plus de 600m d'altitude. Le panorama sur Papeete et ses environs y est fantastique, avec l'île de Moorea en arrière-plan. C’est de là que les randonneurs partent pour l'ascension de l'Aorai, une excursion sportive à plus de 2000 m d’altitude, pour la vraie découverte du cœur de l’île.

 

CLIC pour agrandir.On arrive maintenant dans la commune de ARUE. Elle abrite le Yacht-Club de Tahiti, dans une belle baie abritée. Non loin de là, le tombeau de Pomare V , dernier roi de Tahiti, est un rendez-vous très apprécié par les amateurs d'histoire. La mairie de Arue vaut une visite : classée "plus belle mairie de France" il y a quelques années, elle a été récemment rénovée. Cette maison, du plus pur style colonial, à l'ombre d'un splendide jardin tropical abrite harmonieusement les services administratifs de la commune.

Un peu plus loin, la route du tour de l'île commence à grimper (PK7,3) durant moins d’un kilomètre pour déboucher sur le promontoire du Tahara'a, qui abritait, il y a quelques années encore, l'un des plus beaux hôtels de l'île, aujourd’hui fermé. La vue est imprenable sur la baie en contrebas et la montagne environnante. Il s’agit là d'un des plus beaux endroits de l'île pour faire une photo-souvenir.

CLIC pour agrandir.La descente nous amène maintenant dans la commune historique de MAHINA. C'est dans la baie de Matavai, au pied du rocher du Tahara'a qu'arriva le capitaine James Cook... C'est sur la plage de la pointe Vénus qu'arrivèrent également les premiers missionnaires protestants, à la fin du XVIIIè siècle. Chaque année, le 5 mars, la commémoration de cet événement appelle à un grand spectacle de reconstitution historique. L'unique phare de Tahiti se dresse sur ce lieu historique. La plage de sable noir de la pointe est un lieu très fréquenté par les baigneurs, notamment les week-ends. Un peu plus loin, la plage du Hiti Mahana Beach Club, le haut-lieu de la planche à voile et du flysurf, vous offre une panoplie d’activités nautiques complète grâce notamment à sa bonne exposition par rapport aux vents dominants. Face à la plage, le motu Martin est l’un des rares îlots qui bordent les lagons de Tahiti. On y accède par la route du collège de Mahina.

Quelques centaines de mètres après, côté montagne, trois routes distinctes (Atima, Mahinarama et Super-Mahina) vous emmènent sur les hauteurs de la commune. Il s’agit de quartiers résidentiels, mais rien ne vous empêche de jeter un coup d’œil sur les merveilleux flancs de la montagne escarpée. Tout en haut de Mahinarama, les passionnés de randonnées vous indiqueront comment rejoindre le sentier des "Mille Sources", une promenade fantastique au cœur des cascades du centre de l’île.

Un peu plus loin, voilà la léproserie d'Orofara. Les anciens malades, aujourd'hui non contagieux, consacrent leur temps à l'artisanat. Une visite permet de découvrir comment a été éradiquée cette terrible maladie. On arrive maintenant à l’endroit où le récif s’arrête. Tout au long de la côte Est, jusqu’à la presqu’île de Tahiti iti au Sud, la côte est balayée par la mer qui vient mourir directement sur les rivages escarpées des communes, appréciées pour leur authenticité préservée.

CLIC pour agrandir.Papenoo est célèbre pour ses grandes plages de surfers et sa rivière, la plus longue de Tahiti, qui amène les promeneurs au cœur de l'île. Tout au long de la route, vous pourrez vous arrêter pour admirer l'audace et la vélocité des jeunes surfers du cru. Au PK17, la rivière Papenoo se jette dans l'océan, un endroit que les Polynésiens affectionnent tout particulièrement pour se baigner.

CLIC pour agrandir.Le coeur de l'île
Un chemin carrossable avec quelques passages à gué remonte la rivière jusqu'au centre de l'île. Cette petite expédition nécessite un véhicule tout-terrain pour découvrir de nombreuses vallées encaissées, avec de somptueuses cascades. Non loin du cœur de Tahiti, au beau milieu des montagnes, le relais de la Maroto vous convie à une halte récréative. Vous pourrez même y passer la nuit, l'établissement disposant de 20 chambres, sans oublier sa cave à vin réputée dans toute la Polynésie. Au sommet, un tunnel sommaire de 400 mètres vous fera déboucher sur la côte Ouest de l'île, CLIC pour agrandir.sur les hauteurs du lac Vaihiria, entouré de joncs sauvages. Le lac regorge de chevrettes (crevettes d’eau douce) et une halte pique-nique et tout à fait recommandée. Evitez toutefois de vous y baigner, à cause des fonds marécageux. Vous pouvez maintenant redescendre vers la commune de Mataiea, sur la côte opposée de l’île, le long de la rivière Vaihiria.

 

Tour de l’île par la côte Est
Après l’embranchement de la rivière Papenoo, la route de ceinture entre dans la commune de TIAREI. Le Trou du soufleur, au PK22 vous enjoint à une petite halte récréative : les eaux de l'océan passent sous la route pour ressortir, compressées en un jet puissant et tonitruant, le long de la falaise abrupte. Cent mètres plus loin, sur la droite, c'est la bifurcation vers les trois cascades de Faarumai, dans la Vallée de Vaipuu. Cinq minutes de marche suffisent pour contempler la première de ces cascades. Néanmoins, il faut une bonne demi-heure et des chaussures de marche pour atteindre les deux dernières, situées au fond de la vallée. Mais le déplacement vaut largement le coup d'œil : une balade somptueuse au milieu d’une nature exubérante et anarchique. Les abords des chemins sont entretenus et la progression s’effectue sans aucune difficulté.

Les communes suivantes de MAHAENA et de HITIAA n'offrent que peu d'intérêt touristique, si ce n'est leur authenticité conservée et un charme non dénué de nostalgie. Une promenade sportive s'impose néanmoins pour les amoureux de la nature. En effet, au PK43, juste après la rivière Fa'atautia, un chemin escarpé grimpe dans la montagne. C'est le point de départ de la visite des "lavatubes" , grottes naturelles creusées dans la lave volcanique, à travers laquelle la rivière s'est frayée un chemin. Il est prudent se s'adjoindre un guide pour effectuer cette randonnée. Comptez une journée pour profiter pleinement des grottes et emportez nourriture, boisson et petit matériel pour la "grimpette". C’est à HITIAA que débarqua l’explorateur Louis Antoine de Bougainville en 1768, mouillage précaire où il perdit 6 ancres.

FAAONE est la dernière commune de la côte Est avant d'arriver à l'isthme de TARAVAO. La beauté du bord de la route est rehaussée par la gentillesse des habitants de l’endroit. Tout y est très fleuri et les abords des maisons regorgent de plantes très bien entretenues. Le motu face à la route est en voie d’aménagement et les fonds marins alentours sont propices à une halte-baignade. Un virage sec sur la droite nous fait quitter maintenant le bord de mer sur la route qui s’enfonce à travers l’isthme. Il convient, au premier carrefour, de prendre sur la gauche pour entrer dans Tahiti iti qui forme la petite presqu’île au Sud de l'île de Tahiti.

 La presqu'île de Tahiti iti (Tahiti la petite)
Côte Est de la presqu'île
Les trois districts qui suivent, AFAAHITI, PUEU et TAUTIRA, forment, avec FAAONE, la commune de Taiarapu Est. La route est très pittoresque et traverse des contrées paisibles et fleuries. Après une vingtaine de kilomètres, nous arrivons au village de Tautira. Une halte providentielle peut être prévue à l'embouchure de la rivière Vaitepiha. Un pont enjambe la rivière où s’ébattent des gamins. Sur la droite, un chemin carrossable vous emmène vers le cœur de la presqu’île. Tout au long de ce sentier, les haltes pique-nique sont possibles pour profiter de la quiétude de l’endroit et des merveilleux paysages. Plus vous vous enfoncerez vers l’intérieur de l’île, plus l’ambiance sera mystique. La rivière regorge de chevrettes et ses berges abritent des plantes magnifiques. De nombreux sites archéologiques (marae, pétroglyphes...) témoignent de l'existence d'une population nombreuse et organisée bien avant l'arrivée des premiers Européens, en cet endroit isolé et protégé.

CLIC pour agrandir.Le village de Tautira reste un authentique village, contrairement à ceux qu’on traverse tout au long de la route de ceinture. Comme il s’agit du "bout de l’île", tout est concentré sur place : magasins, habitations, église, terrains de sport, marae, etc... Au delà de la rivière, il faut poursuivre à pied... ou en pirogue. Il existe de nombreuses maisons sur le tour de la presqu’île, mais elles sont inaccessibles par la voie terrestre. La plage de sable noir à l’entrée du village est l’une des plus belles de Tahiti. On peut s’y baigner sans risque, bien qu’il n’y ait pas de barrière de récif à cet endroit. Pour continuer maintenant le tour de l’île, il convient de revenir sur ses pas jusqu’à Taravao pour parcourir la côte ouest.

Le centre de la presqu'île
A TARAVAO, on prendra la route intérieure vers le Plateau, le véritable poumon agricole de Tahiti. Sur des centaines d'hectares, on ne rencontre que plantations diverses, élevage de bovins et autres activités agricoles, qui s’organisent au cœur de cette "petite Normandie". Au sommet du plateau, un point de vue offre une vue imprenable sur l'isthme, avec les côtes Est et Ouest de Tahiti qui s’étirent vers Papeete, distante de plus de 60 km, et surtout sur les montagnes intérieures de Tahiti. Un lac artificiel d’eau douce a été installé il y a une vingtaine d’année pour assurer le ravitaillement en eau potable de la commune. Balades superbes aux alentours.

CLIC pour agrandir.Côte Ouest de la presqu'île
Si l'on poursuit la route de la presqu'île vers l’Ouest, on arrive maintenant dans les districts de TOAHOTU, VAIRAO et TEAHUPOO. Plages de sable blanc et décor majestueux vous y attendent. Les habitants eux-mêmes vous sembleront si différents de ceux du reste de l'île. La population du coin "descend" à Papeete seulement une fois par an... Autant dire qu’ici, personne n’est contaminé par le virus du "progrès". A Vairao, le paquebot France faisait escale au début des années 70. En effet, il s'agit de la seule baie en eau profonde naturelle de tout Tahiti (25m en moyenne). Il y subsiste aujourd'hui d'énormes bittes d'amarrage, témoins de ces temps révolus. La route du tour de l'île s'achève à Teahupoo, au milieu des jardins fleuris. En face, la barrière de récif offre aux amateurs chevronnés l'un des plus beaux "spot" de surf au monde, avec des vagues gigantesques, selon les saisons. La route s’arrête ici. Plus loin, il y a la fameuse côte du Pari, au cœur du Fenua Aihere, sauvage et merveilleux, où l'on accède uniquement par voie maritime. Une randonnée pour amateurs de sensations extrêmes. Un guide est indispensable, grottes de Vaipoiri et vestiges archéologiques attendent le visiteur au milieu d’un paysage vierge.

 

 Retour sur Tahiti Nui (Tahiti la grande)
Remontée par la côte Ouest

Après Taravao, la route quitte la presqu’île et assure le retour vers Papeete. Pendant quelques kilomètres, les virages du contournement de la grande baie Phaéton permettent de contempler les merveilleux paysages. Possibilité de balades en montagne à cheval. Le premier district qu'on rencontre après Taravao est Papeari où sont regroupés le Musée Gauguin et le Jardin Botanique. Le musée regroupe plusieurs salles consacrées à la vie du célèbre peintre. Rares sont les œuvres originales de Paul Gauguin, mais le visiteur pourra se familiariser avec sa vie en Polynésie, cette Polynésie qu'il affectionnait par-dessus tout et qui l’aida à sublimer son art. Le Jardin Botanique, quant à lui, a été créé au début du XXè siècle par un aventurier américain, écologiste avant l'heure, Harrison Smith. Une collection impressionnante de spécimens tropicaux s'offre aux visiteurs, sous la garde de deux tortues des Galapagos. Une halte obligée, renforcée par la présence toute proche d'un restaurant gastronomique des plus réputés, le Restaurant du Musée Gauguin.

Le district suivant, Mataiea, offre une végétation étonnante à tous ceux qui prendront la peine de s'arrêter au bord de la route. Gauguin, séduit par l’endroit, y habitera deux ans avant de partir pour les Marquises. Au PK47,6, un chemin longe la rivière Vahiria, qui mène au lac du même nom. C'est par cette voie qu'on accède au centre de l'île et qu'on rejoint la vallée de la Papenoo au nord.

CLIC pour agrandir.La route du tour de l'île s'élargit quelque peu alors qu’on traverse la plus grande plaine littorale de l’île, et débouche dans la commune de Papara. On côtoie d'abord l'étonnant domaine d'Atimaono, qui abrite aujourd'hui le Golf international Olivier Bréaud. Ancienne plantation de coton, puis de canne à sucre, longtemps laissée à l'abandon, ce domaine est un haut-lieu de la culture maraîchère du pays. Le golf, quant à lui, offre l'un des plus beaux parcours au monde, aux dires des nombreux adeptes étrangers ayant foulé ses "greens". La largeur de la plaine côtière a permis une exploitation des sols plus en rapport avec les besoins de la population. Vous serez les bienvenus au Club House, d’où vous pourrez effectuer quelques promenades vers la montagne proche.

A côté de la mairie de Papara, le Musée des Coquillages, dû à une initiative privée, abrite quelques milliers de spécimens des mers polynésiennes. De belles promenades le long des rivières de la commune vous feront découvrir des vallées mystérieuses. Un peu après le golf, une grande plage de sable, haut lieu du surf, est l’un des rendez-vous privilégiés des jeunes de la ville. Attention, la baignade est possible mais relativement dangereuse du fait de courants traîtres et des gros galets, remués par le ressac, qui laissent des hématomes tenaces et douloureux sur les chevilles ou pire, sur le crâne !

En quittant Papara et ses belles plages de sable noir, on arrive aux Grottes de Maraa avant d’entrer à PAEA. C'est au PK28,7, derrière un judicieux parking, bordé de jardins soigneusement entretenus, que s'ouvre la grotte sous-marine de Paroa, la plus grande des cavités du coin. Les plus courageux pourront s'essayer à un bain vivifiant. On raconte qu’il existe une demi-douzaine de grottes sous-marines adjacentes et de nombreuses légendes idéalisent l’endroit. Les jardins regorgent de plantes endémiques joliment alignées dans les allées. De l’autre côté de la route, la lagon de Papara, large et poissonneux, offre un panorama splendide aux contemplateurs. Le récif est ici à près d’un kilomètre au large.

En continuant, on emprunte, au PK22,6, l'embranchement du marae Arahurahu, l'un des plus beaux marae de Polynésie. Chaque année, au mois de juillet, son cadre grandiose sert de décor à une reconstitution historique. Non loin de là, le marae Taata, restauré en 1973, mérite également une visite et témoigne d’un passé prodigieux.

En quittant Paea, on arrive dans la riche commune de Punaauia, zone résidentielle de Tahiti. Sur le beau terrain de la Pointe des Pêcheurs, au PK14.6, a été érigé le Musée de Tahiti et des îles, essentiellement consacré à l'histoire et à la culture polynésienne. De nombreux vestiges de la grande civilisation ma'ohi sont conservés dans de grandes salles. Des expositions ponctuelles permettent aux visiteurs de se familiariser avec la culture ma’ohi. Après le musée, vous arriverez à un rond-point. Deux routes sont désormais possibles pour rejoindre la ville. Nous vous conseillons évidemment de longer la route de ceinture, qui longe le lagon et qui offre des paysages colorés. L’autre solution est la seule "autoroute" de l'île (également appelée la RDO), qui mène directement à Papeete distante de 9 km, mais qui ne présente pas beaucoup d'intérêt du point de vue touristique.

C'est également dans cette commune que sont regroupés les grands hôtels de Tahiti : le Méridien, l’Intercontinental Beachcomber, le Sofitel Maeva Beach, mais également de nombreuses autres formules d'hébergement. L'Université du Pacifique s'est installée il y a une dizaine d’années sur les hauteurs.  Après la grande ligne droite sur laquelle se trouve le grand hyper-marché de l’île, on arrive à la commune populaire de FAAA, la plus peuplée de Tahiti. Une animation constante règne aux abords de la chaussée. Il s’agit d’être concentré pour éviter les deux-roues pétaradants qui envahissent la voie de façon anarchique.

CLIC pour agrandir. Au PK5.8, on rejoint l’embranchement de l'aéroport international de Tahiti-Faaa, ses boutiques et ses grandes installations contrastant avec les habitations modestes à quelques dizaines de mètres aux alentours. En face de l'aéroport, côté montagne, on s'engage, dans le quartier de St Hilaire, dans la montée vers le Mont Marau. L'un des sommets les plus élevés de Tahiti et le seul, facilement accessible, grâce à un chemin tracé pour y placer les antennes de transmission de l'office des Postes et de la station de télévision RFO. De là-haut, la vue est impressionnante, tant côté lagon (sur Moorea et la zone urbaine de Papeete) que côté intérieur de l'île, avec d'étroites gorges parsemées de cascades.

Un peu plus loin, sur le bord de la route, quelques échoppes proposent légumes, fruits et articles artisanaux variés. Un endroit typique pour effectuer quelques emplettes à moindre frais. De nombreux pêcheurs vendent également leur poisson sur le bas-côté. La route qui continue vers Papeete passe devant la belle mairie de Faaa, habilement réalisée selon un mode traditionnel, et débouche sur le Front de Mer de Papeete.

Ile de Tahiti

Guide touristique & Opérateur de Voyages
Tahiti Guide est une marque déposée
© 2017 Tahiti Zoom & Lodrez